lundi 12 avril 2010

Discours d'inauguration des deux micro-crèches de Grand-Fond


Monsieur le Sous-Prefet de Saint Paul,


Madame la Députée-Maire,

Mesdames, Messieurs les représentants de la CAF
Mesdames et Messieurs les élus de la commune de Saint Paul,
Madame la Présidente de l'association A votre service,
Mesdames, Messieurs,


Je vous souhaite la bienvenue aux crevettes et aux poissons-clowns.
Bienvenue dans ces deux magnifiques micro-crèches qui viennent grossir le nombre de structures d’accueil de petite enfance de notre belle et vaste commune de Saint-Paul.

18 nouvelles places, 9 crevettes et 9 poissons-clowns plongent tous les matins et s’égayent dans ces deux aquariums jumeaux.

Ces écrins, colorés à souhait, colorés comme l’est notre fabuleuse barrière de corail, il a fallu parfois ramer, si vous me permettez, s’armer de courage et de volonté pour les faire arriver à bon port.
Naviguer à vue par instant, braver quelques tempêtes, essuyer la houle, mais tout l’équipage a maintenu le cap.

Ce brave équipage composé
du service petite enfance de la mairie,
du service (….),
de l’association à votre service,
des services de la caf
et des services de la pmi,

en unissant leurs efforts, en ramant tous dans le même sens,
a permis à 18 moussaillons et plus de trouver un cocon,
à permis à 18 mamans, papas et plus d’être grandement soulagés.
à permis à sept professionnelles de la petite enfance de prouver et d’éprouver leur talent,
de devenir les bras dans lesquels ces petits poissons viennent se réfugier tel l’anémone des mers qui abrite le téméraire mais pas trop, poisson-clown
ou comme nos crevettes qui courent dans le ventre de la barrière de corail à la moindre alerte, se lovent ici au creux de leur tati.




Petit poisson deviendra grand comme le dit Jean de la Fontaine

Nous voulons nous assurer que nos petits poissons, nos petits, grandissent bien.

Quand un enfant naît, il naît avec toutes les nuances du monde. Il a ses exigences, ses ambitions, nous en sommes les garants.

Nous entendons poursuivre cette politique dynamique de développement qui répond à un besoin criant des familles,
génère une activité économique et sociale au cœur de nos quartiers,
pourvoyeuse de nombreuses créations d’emplois, si rares et si chers en ces temps de crise.
Et qui permet de voir sourire, rire aux éclats un bébé, un nourrisson, un petit bout de chou, et même un poisson-clown et une crevette,
de le voir courir, crier, gazouiller, raconter, peindre, se rouler par terre, empiler, remplir, vider, s’arroser, nager :

vivre et vivre bien,
grandir et bien grandir,
devenir un citoyen du monde.

Je vous souhaite donc Bon vent !

Merci de votre attention

3 commentaires:

Anonyme a dit…

je vois tout de suite la plongeuse que tu as été dans ce discours!! Biz ML

Valerie a dit…

heu ... oserais-je le commentaire désagréable du type : qu'est ce que c'est que cette grosse faute dès les premières phrases ?!!??? il faut croire que c'est dû au surbooking que tu dois subir vu le nombre de clients envoyés par l'éducation nationale que tu dois traiter hein ;-) Bisous du froid

Virginie a dit…

Exact! Pourtant j'ai lu et relu et plusieurs autres paires d'yeux!
Je corrige tout de suite!
Pis d'abord depuis quand les orthos doivent savoir écrire sans faute? Manquerait plus que nous soyons professionnels et compétents!