jeudi 11 octobre 2007

Non à la peine de mort! Le monde décide.


Plus de la moitié des pays du monde ont aboli la peine de mort dans la législation ou dans les faits. En effet, selon les dernières informations recueillies par Amnesty International :

  • 90 pays et territoires ont aboli la peine capitale pour tous les crimes ;
  • 11 pays ont aboli la peine de mort pour tous les crimes sauf les crimes exceptionnels, tels que ceux commis en temps de guerre ;
  • 32 pays peuvent être considérés comme abolitionnistes de facto : la peine de mort est toujours prévue par leur législation, mais ils n'ont procédé à aucune exécution depuis au moins dix ans.
Ce sont ainsi 133 pays et territoires qui ont aboli la peine capitale de jure ou de facto.
  • 64 pays maintiennent la peine de mort et appliquent ce châtiment. Cependant le nombre de pays qui procèdent à des exécutions chaque année est nettement inférieur.
Au cours de l'année 2006, au moins 1 591 prisonniers ont été exécutés dans 25 pays et territoires et 3 861 personnes condamnées à mort dans 55 pays et territoires. Ces chiffres reflètent uniquement les cas dont Amnesty International a eu connaissance et sont certainement en deçà de la réalité.
Depuis 2000, les méthodes suivantes ont été employées pour mettre à mort les condamnés :
  • décapitation (Arabie saoudite, Irak) ;
  • électrocution (États-Unis) ;
  • pendaison (Égypte, Iran, Japon, Jordanie, Pakistan, Singapour et autres pays) ;
  • injection létale (Chine, États-Unis, Guatémala, Philippines, Thaïlande) ;
  • exécution par arme à feu (Biélorussie, Chine, Ouzbékistan, Somalie, Taiwan, Viêt-Nam et autres pays) ;
  • lapidation (Afghanistan, Iran).
Selon ce rapport rédigé pour les Nations unies en 1988 et mis à jour en 2002 : «Le fait que l'ensemble des chiffres disponibles continuent à aller dans le même sens est une preuve convaincante que les États ne doivent pas craindre une hausse soudaine et importante de la criminalité s'ils réduisent le recours à la peine de mort.»

Les taux de criminalité enregistrés récemment dans les pays abolitionnistes n'indiquent aucunement que l'abolition puisse avoir des effets préjudiciables. Au Canada, par exemple, le taux d'homicides pour 100 000 habitants est passé du chiffre record de 3,09 en 1975 – un an avant l'abolition de la peine de mort pour le meurtre – à 2,41 en 1980, et a continué de diminuer depuis lors. En 2006 trent ans après l'abolition de la peine capitale, le taux d'homicides était de 1,85 pour 100 000 habitants, ce qui représente une baisse de 40 p. cent par rapport à 1975 et le taux le deuxieme plus bas des trois dernières décennies.


Source :
HOOD, Roger, The Death Penalty: A World-wide Perspective, Oxford, Clarendon Press, troisième édition, 2002, p. 214.


La coalition mondiale contre la peine de mort a braqué les projecteurs sur l'initiative de résolution appelant à un moratoire sur les exécutions présentée au cours de la 62e session de l'Assemblée générale des Nations Unies le 10 octobre à l'occasion de la journée mondiale contre la peine de mort, dont le slogan cette année était Non à la peine de mort! Le monde décide.

La coalition mondiale contre la peine de mort a lancé une pétition internationale, qui est basée sur la pétition que la Communauté de Sant'Egidio et Amnesty International avaient diffusée et remise à l'ONU en 2000. La nouvelle pétition a jusqu'à présent réuni 5 millions de signatures.

Signez la pétition!

En France, la loi portant l'abolition de la peine de mort pour tous les crimes est promulguée le 9 octobre 1981 (soit juste 26 ans) par la volonté du Président de la République François Mitterrand,
du Premier Ministre, Pierre Mauroy, et de Robert Badinter, Ministre de la Justice.
Lors de cette journée du 10 octobre 2007, la France ratifie le protocole européen relatif à l'abolition de la peine de mort en toutes circonstances.







Suite à l'abolition de la peine de mort en 1981, les six détenus condamnés à mort voient leur peine commuée.

Les deux dernières exécutions remontent à 1977, et trois condamnations à mort ont été prononcées en mai 1981.


Les dernières exécutions :

1977 - 2 exécutions
Marseille 10 septembre Hamida Djandoubi
Douai 24 juin Jérome Carrein

1976 - 1 exécution
Marseille 28 juillet Christian Ranucci

1973 - 1 exécution
Marseille 12 mai Ali Benyanes

1972 - 2 exécutions
Paris 24 novembre Claude Buffet et Roger Bontems

Aucun commentaire: