dimanche 22 février 2009

Moring 21 février 2009


Le moring est une danse d'origine afro-malgache qui allie à la fois, la danse, le combat, la gymnastique acrobatique et la musique (un pikèr, trois djembés et un doum-doum).

Ce rituel très symbolique précède l'épreuve de force : « batay coq », dans laquelle les deux adversaires s'élancent pour un saut qui se termine poitrine contre poitrine. Dans ce défi ultime, il est impératif de ne pas perdre l'équilibre au risque de perdre la face et de se retrouver ainsi en situation de soumission.

Le combattant évolue pieds nus, torse nu, sa tenue se compose d’un pantalon blanc appelé « mauresque ».

L’Île de la Réunion, multiculturelle de par sa diversité de population, a permis au fil des siècles l’éclosion d’un sport moderne, le moring, se situant entre la danse guerrière traditionnelle et l’art martial.

Cousine de la Capoèira brésilienne, de part ses origines communes, en provenance de l’Afrique, cette fabuleuse danse de combat des ancêtres réunionnais, malgaches et africains, enchaînant techniques de combat pieds et poings, tout en suivant le rythme de la musique, a vu le jour dans les exploitations agricoles de l’Île au 18éme siècle où les esclaves la pratiqueront en secret, jusqu'à l'abolition en 1848.

Par la suite, alors que la condition de nombreux petits colons blancs ou déjà métissés n'était guère plus enviable que celle des Noirs libérés de leurs chaînes, le moring est devenu un joyeux dérivatif à la misère, dans les quartiers populaires des villes ou dans les champs de canne à sucre. Si les règles de l'art ne peuvent être transgressées, si les assaillants doivent être du même âge pour éviter les combats inégaux, les coups portent : il s'agit surtout de démontrer sa force.

Source Association Moring Do Fé



Aucun commentaire: