mercredi 28 janvier 2009

Madagascar: chronique de morts annoncées.



27 janvier 2009
62 morts
L'horreur est à nos portes.
De nouveau.
Que de sang versé pour les ambitions personnelles d'hommes visiblement peu scrupuleux.


Qui est ce nouvel homme fort?
Andy Rajoelina. belle gueule, riche et ambitieux.
Il veut le pouvoir.
Que propose-t-il au peuple malgache?
Manifester, piller, brûler, se faire tuer alors qu'il ne veut pas négocier car il souhaite le pourrissement de la situation, aller jusqu'au coup d'état, virer Ravalomanana et prendre sa place.
Ce scénario n'est pas réaliste?
Loin de moi l'idée de défendre le président en place.
Au contraire.
Cet homme a suscité un espoir immense quand il a destitué l'amiral rouge Ratsiraka, il suscite aujourd'hui un dégoût et un rejet.
De président populaire et estimé, démocratiquement élu, il est devenu un dictateur.
Emportant les maigres subsides de ce pauvre pays dans ses délires mégalo:
un boeing "madagascar force one"flambant neuf, auquel il ajoute un autre avion présidentiel au plus fort de la crise, l'organisation de manifestations internationales onéreuses....
fermeture de médias, intellectuels et opposants emprisonnés ou exilés, appropriation de biens publics, main mise de ses propres sociétés sur une bonne partie de l'économie....
la dérive totalitaire
Pour preuve que Madfagascar n'est malheureusement pas une démocratie, il se dit que toute la famille Ravalomanana se dirige vers l'Afrique du Sud.

Quel sera le rôle de la France, toujours très influente dans la Grande Ile?
La Chine, l'Afrisue du Sud, l'Allemagne, l'Italie y propèrent; une situation trouble et instable va commencer à géner...
Où va Madagascar?
Jusqu'à quel point le peuple malgache va encore souffrir et verser son sang?

Je suis atterrée de constater que cette actualité de mérite même pas quelques lignes dans les médias nationaux, ni même sur les sites d'infos en continu.

mercredi 21 janvier 2009

44ème


for change, for hope, for the world, for peace, for children, for ecology, for women, for gays, for homeless, for earth, for poors, for Humanity

Barack Obama porte tellement sur ses épaules, je pense même qu'il ne peut pas prendre la mesure de qui il est devenu et ce que le monde attend de lui.

Avons nous vécu hier l'avénement d'une ère nouvelle?

Imprégnée de ces pensées, je pensais assister à une célébration très solennelle et très populaire.
2 millions et demi de spectateurs, même à travers le petit écran, transmettent une ferveur, un élan fort (et auditif), je m'attendais à "entendre" l'espoir....rien de tel.
Peut-être que cette cérémonie revêtait trop de symboles américains pour qu'une franchouillarde comme moi les saisisse.
Je n'ai pas ressenti le poids du passé, de l'histoire, par contre j'ai bien vu et entendu les prèches!
Un discours d'investiture manquant de corps, de profondeur, de spiritualité, de vision, de philosophie; trop pragmatique, trop terre à terre pour l'occasion ( trop sarkoziste ).

Barack, c'est la première et dernière fois que tu me déçois.

yes we can,
now yes we do.