dimanche 30 janvier 2011

Vivre ensemble

La peur, la haine de l'Autre, recette bien connue, tant de fois utilisée pour asseoir un pouvoir (re)commence à me faire peur.
Les néoconservateurs de Bush ont durant les 8 ans des deux mandats de Georges W installé la peur, violence, haine, racisme, guerre, impérialisme, patriotisme, argent comme doctrine.
Notre Sarko, l'américain, comme il s'est lui même appelé, si atlantiste que le Général de Gaulle doit se retourner dans sa tombe, a repris les thèses néocon(nes).
Nous assistons à une institutionnalisation du racisme- racisme d'Etat, racisme ordinaire-

    • saillies régulières de ministres, députés de la majorité stigmatisants les immigrés, les chomeurs, les homos, les travailleurs pauvres...
    • discours de Sarkozy sur les Roms à Grenoble
    • condamnation d'un ministre en exercice pour propos racistes
    • condamnation d'un député du Nord pour homophobie

Nous assistons à une instrumentalisation avec le débat sur l'identité nationale, à une tentative de fabriquer, raviver la haine de l'autre, la haine de l'Homme de race différente, de religion différente, de culture différente, de niveau social différent, de génération différente.
On cloisonne, histoire de mieux manipuler.
La vision d'un monde individualiste comme apanage de vie est un leurre.
Nous vivons en société les uns avec les autres.
Chacun apporte une pierre pour un autre et reçoit d'un autre.
Nous avons besoin de nos congénères et pas pour pouvoir les exploiter et s'enrichir sur leur dos.
Faire croire que l'on peut vivre sans mise en commun est un mensonge et joue sur les principes simples :
Il est plus facile de détester que d'aimer
Il est plus facile de nommer un coupable exogène plutôt qu'endogène.

Est-ce là le bon terreau pour construire la Société de demain?
Peut-on se construire et avancer dans le chaos, la haine, le mépris?
L'apaisement, le respect, la sérénité sont plus susceptibles d'être vecteur de développement.
Il suffit de se pencher sur le parcours d'un enfant : il apprend et se développe harmonieusement dans le calme, le bien-être pas dans le tumulte et le chaos.

On ne se construit pas contre mais avec.
On ne se batit pas un avenir contre tout le peuple mais avec.